17807202_1863082677299067_3606242536555897095_o

#Softlove au Cube d’Issy Les Moulineaux

Artistes & partenaires

  • Frédéric Deslias

    Frederic Deslias photoNé en 1978, Frédéric Deslias suit des études d'électronique puis intègre l’université de Caen en Arts du Spectacle où il fonde Le Clair Obscur qu’il dirige depuis 2002. C’est là qu’il rencontre un groupe d’activistes (David Bobée, Antonin Ménard, Médéric Legros, Thomas Ferrand…) avec qui il forgera son goût pour les arts vivants. Repéré puis formé au Théâtre Ecole du CDN de Normandie, il rencontre Eric Lacascade, Thomas Richards, Armel Roussel, Dario Manfredini, Serge Tranvouez, Arnaud Churin… puis suit le Workcenter de Jerzy Grotowski à Pontedera (Italie) autour du programme Tracing Road Across.

    Musicien, compositeur et sounddesigner pour le théâtre, la danse et le cinéma : il collabore depuis une dizaine d’année avec David Bobée sur la plupart de ses créations, Eric Lacascade (Les Barbares – Festival d'Avignon / Cour d'honneur en 2006), Héla Fatoumi/Eric Lamoureux, Radhouanne El Medeb, etc. comptons une trentaine de créations.

    Frédéric se concentre maintenant à ses activités propres de mise en scène, d'artiste multimédia et de plasticien. Formé à l’IRCAM sous MAX/MSP, Processing, puis AfterEffect, son travail s’oriente en complément vers l'image, les arts numériques, l’installation, le multimédia, l'interactivité et la musicothérapie.

    Le Clair Obscur est reconnu et diffusé sur un plan national et international.
    Primé pour HERMSELF (Festival Les Bains Numériques – Grand Prix de la Création 2011)
    et pour Sleeping Beauty (Arts and Mobility Awards – Transcultures (BE) 2013).

    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.

     

  • Cécile Fišera

    cecileCécile Fišera est née en 1984. Apres un parcours d’option theâtre au lycée international de Strasbourg, elle intègre le conservatoire du Ve arrondissement de Paris et étudie les Arts du Spectacle à La Sorbonne Nouvelle jusqu’à la Licence. Elle passe ensuite un an à la Royal Holloway School of London, pour y suivre des cours de théâtre radiophonique, jeu masqué, performance et nouvelles technologies… étant bilingue en anglais, elle joue notamment cette année-là dans Medea Material d’Heiner Muller mise en scène par Eirini Nedelkopoulos et dans plusieurs courts métrages. Elle rencontre le collectif Das Plateau en 2005 et joue dans plusieurs de leurs créations : Le Cri de Jean, Martine, Sig Sauer Pro… Elle travaille également depuis plusieurs années avec le metteur en  scène Robert Cantarella, notamment sur ses projets de performance (Musée Vivant, Faire le Gilles, La Réplique…) mais aussi sur ses pièces, La Petite Maison de Noëlle Renaude et plus récemment Notre Faust, saison 1, série théâtrale qu’il a écrit avec Liliane Giraudon, Noëlle Renaude, Nicolas Doutey et Stéphane Bouquet. La saison 2 de Notre Faust est créée depuis mars 2017 à Nanterre Amandiers. Elle joue et tourne le spectacle jeune public Quanta, écrit et mis en scène par Julie Cordier. En 2017-2018, elle rejoindra le metteur en scène Marc Lainé pour La fusillade sur une plage en Allemagne de Simon Diard, créée à Théâtre Ouvert puis au Théâtre National de Strasbourg. Parallèlement, elle écrit son premier moyen métrage, produit par Noodles Production et actuellement en production. Elle en fera également la réalisation. Comédienne pour la télévision, elle joue dans La Résistance pour France 2, les Invincibles sur Arte, Scènes de Ménage, ou encore Intrusion, série réalisée par Xavier Palud pour Arte. Elle a récemment joué dans le premier long métrage des sœurs Philippon Les Betises.
    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.

     

  • Hugo Arcier

    Hugo Arcier PortraitCréation visuelle / Création 3D

    Hugo Arcier est un artiste numérique français (en fait un artiste dans un monde numérique) qui utilise les images de synthèse 3D sous différentes formes : vidéos, tirages, sculptures. Se consacrant d’abord aux effets spéciaux de longs métrages, il travaille sur de nombreux projets, pour des réalisateurs prestigieux, comme Roman Polanski, Alain Resnais, ou encore Jean-Pierre Jeunet. Cette activité professionnelle lui permet d’acquérir une connaissance pointue de l’outil numérique, et des images de synthèse en particulier, nécessaire à l’émergence de ses projets. Il effectue régulièrement des travaux de commande qui utilisent les images de synthèse, comme par exemple en 2012 la pochette d’album « Cruel Summer » pour Kanye West. Parallèlement à ces travaux commerciaux, il développe des œuvres plastiques et réflectives qui décortiquent méticuleusement les spécificités de cette nouvelle forme d’art, les images de synthèse 3D. Il élabore des projets de plus en plus ambitieux, dans un premier temps uniquement sous la forme de films auxquels s’ajoutent ensuite des tirages, des sculptures, et des installations, comme la série « Nostalgia for Nature ».
    Abordant aussi le design par le biais de l’impression 3D, il est le créateur d’objets innovants (design génératif à partir d’applications connectées, hacking de meubles industriels…)
    Son travail artistique a été présenté dans de nombreux festivals (Elektra, Videoformes, Némo, etc.), galeries (Magda Danysz, Plateforme Paris, etc.), lieux d’art (New Museum NY, New Media Art Center of Sichuan Fine Arts Institute, Le Cube, Okayama Art Center, Palais de Tokyo, etc.) et foires d’art contemporain (Slick, Show off) à travers le monde, faisant de lui un acteur remarqué du monde de l’art numérique.
     
    Hugo Arcier est membre actif de l’artist-run space Plateforme Paris. 
    Il est représenté en temps que réalisateur par Bent Design Lab (USA, Canada, Chine), et Voir (France).

    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.

     

  • Léopold Frey

    Photo de Léopold FreyLéopold Frey est formé à l'UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) à l'ingénierie informatique puis au GMEM (Groupe de Musique Expérimentale de Marseille) à l'informatique musicale, il développe des logiciels d'interaction temps réel son, vidéo et lumière adaptés au spectacle vivant, à la musique et aux arts plastiques. Il conçoit/réalise également des installations interactives ou des dispositifs de lutherie électronique. Il compose pour la scène. Il a assisté Laurent Pottier puis Charles Bascou au département recherche du GMEM. Depuis 2003, il assiste Jean-Luc Therminarias (compositeur), Jean-Lambert-Wild et Renaud Lagier. Avec Jean-Luc Therminarias, il a coécrit la musique de Comment ai-je pu tenir là-dedans ? de Jean-Lambert-wild & Stéphane Blanquet, et Mon amoureux noueux pommier.
    Pour la compagnie Sans Soucis (Max Legoubé, Frédéric Hocké) : il a écrit la musique d'un Hamlet Machine d'Heiner Müller et Peer Gynt d'après Ibsen et Les Saisons. Il prépare actuellement la musique des Enfants Pâles, roman graphique de Loo Hui Phang & Philippe Dupuy, pour voix, violoncelle, électronique et chœur d'enfants. Il a également collaboré avec Andreas Schmid (chorégraphe), Luccio Stiz (musicien) et le Groupe Dunes (les plasticiens Madeleine Chiche & Bernard Misrachi), Lydwine van der Hulst (musicienne), Emmanuel Maa Berriet (développeur), Le Clair-Obscur (Frédéric Deslias), Damiano Foa et Laura Simi (compagnie Silenda). Son travail explore les frontières entre musique et bruit – signaux interprétés par deux aires du cerveau différentes, concept et sensation, écriture et aléa.
    • Photo de Léopold FreyLéopold Frey

      Léopold Frey est formé à l'UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) à l'ingénierie informatique puis au GMEM (Groupe de Musique Expérimentale de Marseille) à l'informatique musicale, il développe des logiciels d'interaction temps réel son, vidéo et lumière adaptés au spectacle vivant, à la musique et aux arts plastiques. Il conçoit/réalise également des installations interactives ou des dispositifs de lutherie électronique. Il compose pour la scène. Il a assisté Laurent Pottier puis Charles Bascou au département recherche du GMEM. Depuis 2003, il assiste Jean-Luc Therminarias (compositeur), Jean-Lambert-Wild et Renaud Lagier. Avec Jean-Luc Therminarias, il a coécrit la musique de Comment ai-je pu tenir là-dedans ? de Jean-Lambert-wild & Stéphane Blanquet, et Mon amoureux noueux pommier.
      Pour la compagnie Sans Soucis (Max Legoubé, Frédéric Hocké) : il a écrit la musique d'un Hamlet Machine d'Heiner Müller et Peer Gynt d'après Ibsen et Les Saisons. Il prépare actuellement la musique des Enfants Pâles, roman graphique de Loo Hui Phang & Philippe Dupuy, pour voix, violoncelle, électronique et chœur d'enfants. Il a également collaboré avec Andreas Schmid (chorégraphe), Luccio Stiz (musicien) et le Groupe Dunes (les plasticiens Madeleine Chiche & Bernard Misrachi), Lydwine van der Hulst (musicienne), Emmanuel Maa Berriet (développeur), Le Clair-Obscur (Frédéric Deslias), Damiano Foa et Laura Simi (compagnie Silenda). Son travail explore les frontières entre musique et bruit – signaux interprétés par deux aires du cerveau différentes, concept et sensation, écriture et aléa.

    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.

     

  • Ben Kuper

    photo Ben KuperA son arrivée à Grenoble, Benjamin Kuperberg a suivi une formation à l'ARIES (Ecole Supérieur D'Infographie) à l'école en 2D / 3D / Effets spéciaux, et s’est auto-formé en parallèle en programmation. Diplômé en 2008, il a commencé son activité de programmeur / 3D indépendant. Dès 2009, il a travaillé avec les Studios « Donuts », pour ensuite, monter son premier prototype de table tactile. Il a créé la SARL « The Curious Project » en février 2011, agence innovante et interactive dont il est associé, et décide d'en partir en été 2013 afin de centrer son activité sur les projets artistiques. Il fonde à cette occasion le collectif BenTo destiné à créer des installations interactives et de la scénographie technologique en France et à l'étranger.

    En 2014, il intègre la compagnie Organic Orchestra en tant que développeur et créateur technologique sur les différents projets de la compagnie : Spectacles (Bionic Orchestra 2.0, B-Glove), installations (Choeur de Papier, Aïdem). Il intervient également lors des actions pédagogiques de la Cie comme intervenant « numérique ».

    En parallèle, il a suivi entre 2009 et 2014 une formation de direction d'orchestre au Conservatoire Jean Wiener à Echirolles. Actuellement indépendant, il ajoute à ces missions une activité de création et vente de matériel de jongle technologique et lumineuse.

    • photo Ben KuperBenjamin Kuperberg

      A son arrivée à Grenoble, Benjamin Kuperberg a suivi une formation à l'ARIES (Ecole Supérieur D'Infographie) à l'école en 2D / 3D / Effets spéciaux, et s’est auto-formé en parallèle en programmation. Diplômé en 2008, il a commencé son activité de programmeur / 3D indépendant. Dès 2009, il a travaillé avec les Studios « Donuts », pour ensuite, monter son premier prototype de table tactile. Il a créé la SARL « The Curious Project » en février 2011, agence innovante et interactive dont il est associé, et décide d'en partir en été 2013 afin de centrer son activité sur les projets artistiques. Il fonde à cette occasion le collectif BenTo destiné à créer des installations interactives et de la scénographie technologique en France et à l'étranger.

      En 2014, il intègre la compagnie Organic Orchestra en tant que développeur et créateur technologique sur les différents projets de la compagnie : Spectacles (Bionic Orchestra 2.0, B-Glove), installations (Choeur de Papier, Aïdem). Il intervient également lors des actions pédagogiques de la Cie comme intervenant « numérique ».

      En parallèle, il a suivi entre 2009 et 2014 une formation de direction d'orchestre au Conservatoire Jean Wiener à Echirolles. Actuellement indépendant, il ajoute à ces missions une activité de création et vente de matériel de jongle technologique et lumineuse.

     

  • ARCADI

    logo_arcadi_2013Arcadi Île-de-France accompagne dans la durée les porteurs de projets dans les domaines des arts de la scène (chanson, danse, opéra et théâtre) et des arts numériques, en leur apportant des aides financières et un soutien au développement professionnel, afin d’améliorer la production, la diffusion et la reprise des projets d’une part, et de soutenir le développement et la structuration des équipes, d’autre part. L’établissement encourage la recherche artistique, les démarches innovantes, la mutualisation, les évolutions et les nouvelles pratiques propres au secteur artistique et culturel, et contribue à la réflexion sur les problématiques qui le traversent. Dans le cadre de sa mission d’observation culturelle, il initie, coordonne et réalise des études. Il soutient la conception et la mise en œuvre de projets de sensibilisation, de médiation et d’action artistique et culturelle à destination des publics franciliens, à travers la mission Médiateur culturel dans les lycées et les universités d’Île-de-France et le dispositif Passeurs d’images. Il organise Némo, Biennale internationale des arts numériques – Paris / Île-de-France.
    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.
  • CNC Fond d’aide à l’Innovation Audiovisuelle

    CNC_FIALe Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (FAIA) a été mis en place afin de favoriser la création et l'innovation pour la télévision et ce pour les trois genres suivants : fiction, animation, documentaire de création.

    Les genres fiction et animation sont gérés par la direction de l'audiovisuel et de la création numérique tandis que le genre documentaire est géré par la direction de la création, des territoires et des publics

    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.
  • Digital Airways

    DigitalAirwaysSince 1998, Digital Airways develops expertise, business pratices and software tools to create richer user experiences through better management of the interactions between the systems and their users. The company offers professional services to its customers, from the strategic definition of their new offers up to their technical development. Thanks to the original methods that it has developed, Digital Airways helps its customers to convert digital innovation into short term revenues.
    • Visuel SoftLove par Hugo ArcierSoftLove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.

Image : DR © Pascale Canard-Volland ; Festival RVBn, vendredi 7 avril 2017, Espace Culturel Albert Camus.

Suite au succès retentissant de sa création en janvier dernier à la Comédie de Caen M/ CDN de Normandie, #Softlove, spectacle de Frédéric Deslias / le Clair Obscur en diffusion chez AADN est parti en tournée. Présenté en Rhône-Alpes le vendredi 7 avril dernier, le spectacle arrive désormais en région parisienne pour une représentation au Cube à Issy-les-Moulineaux le vendredi 12 mai 2017 à 20h30.


 

#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique. Un système intelligent connaît tout de la personne dont il a la charge exclusive, l’accompagnant à chaque instant de son quotidien. Administration domestique, assistance professionnelle, conseils sur des offres commerciales avantageuses, alertes à l’égard de risques imminents. À toute heure du jour ou de la nuit, cette entité invisible et omnisciente est programmée pour anticiper ses désirs. Or cette machine est douée d’affect et tombe secrètement amoureuse…

Habitué aux formes techno-réflexives, le Clair-Obscur s’associe aujourd’hui à l’auteur Eric Sadin sur un nouveau cycle de spectacles et de laboratoires : DYS_LAB / Des utopies aux dystopies technologiques.

Publié en 2014, Softlove franchit une nouvelle étape qui nous (r)amène au théâtre, ou plutôt à une forme plus (con)textuelle, dans un format un peu particulier cependant : il s’agit du monologue d’une Intelligence Artificielle, qui détaille en creux la vie d’une femme, bien vivante et contemporaine. Il s’agit là de porter notre réflexion sur la dématérialisation de nos vies et les systèmes algorithmiques qui nous dépossèdent progressivement à tous les niveaux.

Dans un présent anticipé, ou un futur proche, à l’heure du big data, des systèmes prédictifs, smartphones et tablettes, objets connectés, bracelets biométriques, deep learning et applications diverses, Siri©, Viv©, Snips©, Amazon Echos©… Une inversion critique est franchie : c’est acquis, nos ordinateurs suivent et nous coachent désormais dans tout notre quotidien et nous leur déléguons massivement de nouvelles tâches de notre travail, de notre corps, de notre cerveau… Pour quels enjeux? Bienvenue au XXIe siècle…