• _NL51167
  • _NL51171 (original)
  • _NL51191

Homéostasis

Artistes & partenaires

  • ROCIO BERENGUER

    Rocio berenguerL’artiste multiforme, unit diverses facettes dans son parcours professionnel : Actrice, metteur en scène, dramaturge, danseuse, chorégraphe. Directrice Artistique de la compagnie Pulso, où elle déploie son univers dans ses créations dans la démarche de la dramaturgie du corps et les nouveaux médias. Dans ces créations elle explore l'hybridation entre différentes disciplines. Actuellement elle se centre sur l’écriture de projets artistiques où l’élément central est le corps, et où la dramaturgie de l’oeuvre intègre les nouvelles technologies comme partie pris de l’écriture.

     

  • Léopold Frey

    léopold freyLéopold Frey s’est formé à l’UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) à l’ingénierie informatique puis au GMEM (Groupe de Musique Expérimentale de Marseille) à l’informatique musicale. Il compose pour la scène. Il développe des logiciels d’interaction temps réel son, vidéo et lumière adaptés au spectacle vivant, à la musique et aux arts plastiques. Il conçoit/réalise également des installations interactives ou des dispositifs de lutherie électronique. Il collabore ou a collaboré avec Rocio Berenguer (Pulso), Jean-Noël Françoise, Raphaëlle Latini (groupe Entorse), Frédéric Hocké, Damiano Foa et Laura Simi (Silenda), Antonin Ménard (Chantier21Théâtre), Mohamed El Khatib (Zirlib), Frédéric Deslias (Le Clair-Obscur), Jean-Luc Therminarias, Jean-Lambert-Wild, Renaud Lagier, Stéphane Blanquet, Max Legoubé (Sans Soucis), Andreas Schmid, Luccio Stiz, Madeleine Chiche & Bernard Misrachi (Groupe Dunes), Lydwine van der Hulst, Emmanuel Maa Berriet…
    • Photo de Léopold FreyLéopold Frey

      Léopold Frey est formé à l'UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) à l'ingénierie informatique puis au GMEM (Groupe de Musique Expérimentale de Marseille) à l'informatique musicale, il développe des logiciels d'interaction temps réel son, vidéo et lumière adaptés au spectacle vivant, à la musique et aux arts plastiques. Il conçoit/réalise également des installations interactives ou des dispositifs de lutherie électronique. Il compose pour la scène. Il a assisté Laurent Pottier puis Charles Bascou au département recherche du GMEM. Depuis 2003, il assiste Jean-Luc Therminarias (compositeur), Jean-Lambert-Wild et Renaud Lagier. Avec Jean-Luc Therminarias, il a coécrit la musique de Comment ai-je pu tenir là-dedans ? de Jean-Lambert-wild & Stéphane Blanquet, et Mon amoureux noueux pommier.
      Pour la compagnie Sans Soucis (Max Legoubé, Frédéric Hocké) : il a écrit la musique d'un Hamlet Machine d'Heiner Müller et Peer Gynt d'après Ibsen et Les Saisons. Il prépare actuellement la musique des Enfants Pâles, roman graphique de Loo Hui Phang & Philippe Dupuy, pour voix, violoncelle, électronique et chœur d'enfants. Il a également collaboré avec Andreas Schmid (chorégraphe), Luccio Stiz (musicien) et le Groupe Dunes (les plasticiens Madeleine Chiche & Bernard Misrachi), Lydwine van der Hulst (musicienne), Emmanuel Maa Berriet (développeur), Le Clair-Obscur (Frédéric Deslias), Damiano Foa et Laura Simi (compagnie Silenda). Son travail explore les frontières entre musique et bruit – signaux interprétés par deux aires du cerveau différentes, concept et sensation, écriture et aléa.

     

  • Ben Kuper

    photo Ben KuperA son arrivée à Grenoble, Benjamin Kuperberg a suivi une formation à l'ARIES (Ecole Supérieur D'Infographie) à l'école en 2D / 3D / Effets spéciaux, et s’est auto-formé en parallèle en programmation. Diplômé en 2008, il a commencé son activité de programmeur / 3D indépendant. Dès 2009, il a travaillé avec les Studios « Donuts », pour ensuite, monter son premier prototype de table tactile. Il a créé la SARL « The Curious Project » en février 2011, agence innovante et interactive dont il est associé, et décide d'en partir en été 2013 afin de centrer son activité sur les projets artistiques. Il fonde à cette occasion le collectif BenTo destiné à créer des installations interactives et de la scénographie technologique en France et à l'étranger.

    En 2014, il intègre la compagnie Organic Orchestra en tant que développeur et créateur technologique sur les différents projets de la compagnie : Spectacles (Bionic Orchestra 2.0, B-Glove), installations (Choeur de Papier, Aïdem). Il intervient également lors des actions pédagogiques de la Cie comme intervenant « numérique ».

    En parallèle, il a suivi entre 2009 et 2014 une formation de direction d'orchestre au Conservatoire Jean Wiener à Echirolles. Actuellement indépendant, il ajoute à ces missions une activité de création et vente de matériel de jongle technologique et lumineuse.

    • photo Ben KuperBenjamin Kuperberg

      A son arrivée à Grenoble, Benjamin Kuperberg a suivi une formation à l'ARIES (Ecole Supérieur D'Infographie) à l'école en 2D / 3D / Effets spéciaux, et s’est auto-formé en parallèle en programmation. Diplômé en 2008, il a commencé son activité de programmeur / 3D indépendant. Dès 2009, il a travaillé avec les Studios « Donuts », pour ensuite, monter son premier prototype de table tactile. Il a créé la SARL « The Curious Project » en février 2011, agence innovante et interactive dont il est associé, et décide d'en partir en été 2013 afin de centrer son activité sur les projets artistiques. Il fonde à cette occasion le collectif BenTo destiné à créer des installations interactives et de la scénographie technologique en France et à l'étranger.

      En 2014, il intègre la compagnie Organic Orchestra en tant que développeur et créateur technologique sur les différents projets de la compagnie : Spectacles (Bionic Orchestra 2.0, B-Glove), installations (Choeur de Papier, Aïdem). Il intervient également lors des actions pédagogiques de la Cie comme intervenant « numérique ».

      En parallèle, il a suivi entre 2009 et 2014 une formation de direction d'orchestre au Conservatoire Jean Wiener à Echirolles. Actuellement indépendant, il ajoute à ces missions une activité de création et vente de matériel de jongle technologique et lumineuse.

     

  • SYLVAIN DELBART

    Sylvain delbart tSylvain Delbart évolue dans les nombreux domaines de la programmation multimédia et de la conception électronique appliquées aux arts. Il travaille sur les possibilités d’interactions entre création sonore, lumière, image et mouvement, et la création d’événements non linéaires ou pseudo-aléatoires, explorant et créant ainsi des liens entre science et art.

     

  • Scène 44 – N+N Corsino

    logo N+NNicole Corsino et Norbert Corsino sont chorégraphes et chercheurs. Intéressés par la cinétique des corps et des paysages, ils explorent les territoires où la danse peut surgir et s’écrire afin de donner à voir comment le mouvement des corps les modifie. Ils changent d’espaces de représentation pour la danse en montrant leurs fictions chorégraphiques sous la forme de films et d’installations. En particulier avec la série des sept fictions portuaires Circumnavigation.

Homéostasis

Danse contemporaine en dialogue avec une Intelligence Artificielle

Souhaitant reprogrammer sa structure interne et atteindre une version améliorée d’elle-même, une femme amorce sur scène un dialogue surréaliste avec un ordinateur, une intelligence artificielle pilotée par la reconnaissance vocale. Bugs informatiques et cadences flamenco viennent scander alors le dialogue entre les différents éléments du système : la danse, la vidéo, le dispositif, la parole.

Le choix formel de décontextualiser le flamenco dans une proposition d’art numérique installe la métaphore de la dichotomie entre héritage, ADN, mémoire et le contexte contemporain. La particularité d’Homéostasis est d’être un spectacle généré en temps réel.

L’improvisation dans le dialogue entre les deux interprètes : la machine et l’humain construit le déroulé de la performance. La composition mais aussi l’ordre des scènes varie lors de chaque représentation. Les réactions de chacun des interprètes, les bugs de la machine rythment alors le déroulé du spectacle.

 

/// Une relation homme-machine

Le corps / la vidéo / l’informatique / la parole / le son. Danse / image/ programme / poésie/ musique. Chaque élément est au service d’une écriture globale en ayant sa propre ligne dramaturgique.Tous les éléments dialoguent entre eux de manière autonome et interdépendante. L’écriture de l’interaction entre les différents langages est donc basée sur la forme du dialogue et de l’intégration de l’erreur comme principe de l’évolution humaine. La création sonore, visuelle et chorégraphique repose sur les principes de l’erreur et le dialogue.
Le bug, l’erreur est un parti-pris de la proposition. Le dispositif géré en live par l’interprète implique 40% de risque d’erreur, risque qui fait partie de la proposition.
Quand le dispositif bug, cela peut ouvrir d’autres scènes et proposer à l’interprète des situations complètement imprévues, obligeant l’interprète à inventer des solutions en live et à intégrer les propositions inattendues venant de son “partenaire de scène” l’Intelligence Artificielle.

Homéostasis n’est pas un solo de danse, mais plus vraisemblablement un duo, le dispositif et Rocio Berenguer, car tous les deux peuvent prendre des décisions inattendues sur la scène.  

Intégrer l’erreur, dans la relation homme-machine, est pour Rocio Berenguer intégrer la part poétique, la part « magique ».  

Découvrez Homéostasis en vidéo

Crédit Photo : Cie Pulso