• IMG_0460 (Large)
  • IMG_0478 (Large)
  • IMG_0457 (Large)

Machines à rien

à la mémoire des machines obsolètes du futur

Valentin Durif poursuit depuis plusieurs années une démarche de détournement, de récupération et de recyclage d’objets souvent hors d’usage ou de mobiliers ordinaires pour construire des univers sonores et visuels complexes.
A l’aide d’automates percussionnistes : haut-parleurs vibrants et micro-percuteurs, il réinterprète le chant des objets qui nous entourent et propose un détournement singulier des ustensiles qui font notre quotidien.

Machines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.
Dans cet univers de rouille et de montagnes de boulons, il ne reste que les machines dysfonctionnelles, émouvantes, paradoxales et poétiques, à l’image de l’homme qui s’est retiré pour laisser place à ce carrousel farfelu, orchestre de mécaniques sonores.

Revue de presse
ETC, 2015 (au sujet de Space Junk)
Lyon Plus, 03.11.15