• IMG_0460 (Large)
  • Machines-a-rien_Site1

Machines à rien

Artistes & partenaires

  • Valentin Durif

    Valentin DurifMusicien, artiste et programmeur, issu des musiques électroniques et électroacoustiques, Valentin Durif vit et travaille à Lyon. Ses projets proposent d'associer des univers physiques et concrets à ceux plus abstraits issus du monde électronique et informatique, en créant autant une immersion totale pour le spectateur, qu'une gestuelle musicale à la fois visuelle et cohérente. Il conçoit, fabrique et pratique ses propres instruments ou développe des dispositifs mécaniques et informatiques capables de jouer ses compositions. Ses créations sont présentées sous la forme de concerts-performances (Émincé d’oreilles) ou d’installations (Cliquetis). Sa musique mélange l’electronica, le noise-rock ou l’indus.
    • HD_PUBLICS4Les Hommes DeboutDerrière l’exposition de 16 figurines à taille humaine, Les Hommes Debout hèlent les promeneurs et les invitent au dialogue. Jeu de flash en écho… les statues s’animent de manière imprévisible.
    • EDO visuel-01Émincé d’oreillesSous forme de performance, Valentin Durif perturbe les perceptions visuelles et sonores en transformant en objets musicaux : boîtes de conserves et casseroles…
    • Machines-a-rien_Site1Machines à rienMachines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.
    • EDO visuel-principalÉmincé d’oreillesSous forme d’installation, Valentin Durif détourne une batterie d’ustensiles de cuisine en disposant de moteurs-actionneurs et de haut-parleurs vibrants sur des objets souvent hors d’usage.
    • aadn-videophonic3 1Vous reprendrez bien un peu de dessert?L’AADN met les petits plats dans les grands et vous invite dans sa cuisine avec « Vous reprendrez bien un peu de dessert », une performance audio-visuelle pour tous les apétits !

     

  • Sébastien Béraud

    sebastien beraudSculpteur d'ombres depuis de nombreuses années, Sébastien BERAUD a choisi son camp : la lumière. Il collabore régulièrement avec l'Espace des Arts , Scène nationale de Châlon sur Saône, et avec plusieurs metteurs en scène et artistes( Cie premier acte, Le cirque des mirages"vagabonds des mers", Valentin Durif…). Il signera la lumière de la prochaine création d'Alexis Moati (Cie Vol plané ) au théâtre de la Criée , Scène nationale de Marseille, en février 2016. Parallèlement Sébastien BERAUD crée la Compagnie BANCAL pour laquelle il imagine la scénographie de différents projets ( BLETRO, FAIT D'HIVER…). Il porte actuellement une affection toute particulière à la rouille et autres objets délaissés.
    • Machines-a-rien_Site1Machines à rienMachines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.

     

  • CCO

    ccoLe CCO est un laboratoire d’innovation sociale et artistique ancré sur le territoire de l’agglomération lyonnaise depuis près de 50 ans : une pépinière d’initiatives collectives et de rencontres favorisant le dialogue interculturel.
    Le CCO est l'un des partenaires du dispositif VIDEOPHONIC sur l'agglomération lyonnaise.
    • Retour sur la résidence et suite du projet
    • Machines-a-rien_Site1Machines à rienMachines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.
    • visuel Time-is-everywhereTime is everywhereUne installation qui souhaite dépasser la notion de temps réel pour simplement mettre en relation l’Homme et son environnement.
    • FERME A SPIRULINELa Ferme à spirulineSituée au carrefour entre jeu vidéo et enjeux écologiques, cette création « hybride » met également en avant la collaboration et la création participative.
    • Rize img horizLa Rize, dans cette rue coulait autrefois une rivièreÀ travers des périscopes installés dans les bouches d’égout où, autrefois la rivière coulait, le public accède à un contenu audiovisuel poétique sur l’histoire de la Rize et de son rapport à la mémoire des habitants et de la ville.
  • Shadok

    shadokAux professionnels, bricoleurs et créatifs souhaitant développer ou mettre en avant leurs projets et dont les pratiques questionnent les usages des nouvelles technologies. La révolution numérique favorise les innovations venant des usagers. Le Shadok met en avant ces dynamiques en proposant des outils et un réseau de compétences permettant le développement des projets.
    Au grand public, sceptiques comme convaincus. Le Shadok proposera une programmation éclectique et dense (animations, concerts, rencontres, expositions…) s’adressant aussi bien à des connaisseurs qu’aux néophytes, mêlant nouvelles technologies et objets plus classiques dans un esprit de convivialité et de pédagogie.

    Dès 2014, la saison hors-les-murs traduira la dynamique du lieu.
    En 2015, un éventail de formats élargi sera développé tout au long de l’année.

    • Vie sexuelle des corps célestesLa vie sexuelle des corps célestesRisquez vous à satisfaire les désirs d’un puzzle-game et abordez la sexualité comme une énigme à résoudre.
    • UBM dessin webÜber Beast MachineComment donner vie à une créature étrange et inquiétante qui associe les arts de la marionnette, la robotique et la botanique ?
    • Machines-a-rien_Site1Machines à rienMachines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.

L’équipe artistique est accueillie en résidence VIDEOPHONIC au CCO du 19 au 26 octobre et une sortie de résidence aura lieu le 3 novembre 2015.


 

Valentin Durif, que l’on connaissait avec Emincé d’Oreilles, poursuit depuis plusieurs années une démarche de détournement, de récupération et de recyclage d’objets souvent hors d’usage ou de mobiliers ordinaires pour construire des univers sonores et visuels complexes.

Machines à Rien propose un enchevêtrement de micro-univers mécaniques sonores et visuels constitués d’objets abandonnés, souvent rouillés, qui mêlent des percussions directes sur l’objet, s’organisant dans un ensemble musical très discipliné, rythmique et mélodique, à des machines plus capricieuses qui frottent, grattent, secouent et altèrent la matière.

La pièce se joue par déclenchement du spectateur, elle s’articule autour d’un discours musical, et de tableaux sonores et visuels. Dans cet univers de rouille et de montagnes de boulons, il ne reste que les machines dysfonctionnelles, émouvantes, paradoxales et poétiques, à l’image de l’humain qui s’est retiré pour laisser place à ce carrousel farfelu, orchestre de mécaniques sonores. Le dispositif, présenté sous forme d’installation, convoque plusieurs mobiles suspendus, accrochés au mur, posés au sol. Englobant le spectateur, il invite à l’observation des mécanismes des machines et à la contemplation des sons environnants. Ce parcours induit le public à circuler, s’approcher, choisir son point de vue ou d’écoute. La proximité avec le dispositif permet d’entendre le détail des sons les plus subtils : percussions, respirations mécaniques, murmures électroniques, mais donne aussi à voir un théâtre d’objets qui prend vie sous les yeux du spectateur.

Esquissé par une petite fenêtre ouverte sur un paysage miniature (un tableau, littéralement, avec un petit théâtre à l’intérieur), qui attire d’abord le spectateur, la scène s’échappe alors du tableau pour l’envelopper; les différents mobiles se mettant en mouvement autour du spectateur qui les découvre peu à peu, avec un jeu de lumières et d’apparitions. Le dispositif semble envahir l’espace et s’ouvre vers un univers plus inquiétant, plus imprévisible, dans lequel se déploient les machines sonores.

Passant de petites machines minimalistes et sages à percussion, qui découpent l’espace-temps de manière régulière; à des machines plus capricieuses qui embrassent les micro-variations de la matière, l’ensemble joue sur des contrastes, des transitions, des accélérations, des arrêts brutaux, procédant du discours musical autant que de la contemplation hypnotique de l’objet en mouvement.La partition sonore de Valentin Durif est accompagnée par le travail scénographique, lumière et plastique de Sébastien Béraud.


 

RDV le 3 novembre à 19h à l’Apéro-découverte du CCO-J.P. Lachaize pour découvrir les Machines à rien !


 

VIDEOPHONIC est un dispositif de soutien à la création porté par l’AADN En partenariat avec le CCO de Villeurbanne, Erasme, l’INSA, le Lab.Lab, le Lavoir Public, la MPT-Salle des Rancy et le Planétarium de Vaulx-en-Velin Soutenu par la DRAC Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, les Villes de Lyon et de Vaulx-en-Velin.


 

AUTRE LIENS :

CréationSite internet