Vanishing Walks - Diego Ortiz

Vanishing Walks – Résidences aux Subsistances

Artistes & partenaires

  • Diego Ortiz

    diego-ortizDiego Ortiz est un artiste vidéaste franco-colombien né en 1980 à Cali (Colombie).
    Il vit et travaille à Marseille.
    Diplômé de l'Université de Provence en 2006, il a travaillé dans le secteur des arts et de l'audiovisuel en France et en Allemagne. A Berlin, il a travaillé comme monteur pour Oval Filmemacher pour des films tels que « Pianomania » ou « Das gluck aus der Dose »; Pour Ikono Tv il a monté des films d'art pour la foire d'art contemporain « Art Dubai » destinés à être diffusés sur différents formats (smartphone, TV).
    En France, il a co-signé la direction artistique (avec Javiera Tejerina-Risso) du « Bauhaus Lab Marseille », une exposition transdisciplinaire pour fêter le 90 ème anniversaire de la naissance du Bauhaus. Il est artiste associé à Zinc pour développer des projets autour des nouveaux médias et mène au sein de Flux(o) un travail de recherche et création autour des pratiques art/science et art/entreprise.
    Depuis 2013, il est artiste-chercheur au sein du DIIP/Dispositifs Interactifs et Performatifs-EnsadLab de l'Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs à Paris.
    • Vanishing Walks - Diego OrtizVanishing Walks – Résidences aux Subsistances
    • DISCR-JEP7DiscrépancesDiego Ortiz créée une expérience onirique plus proche du cinéma d’auteur que de l’univers pixellisé du numérique. Une narration in situ, une nouvelle forme de cinéma participatif adapté aux technologies mobiles, une expérience de spect-acteur déambulatoire !

     

  • Subsistances (Les)

    subsLaboratoire international de création artistique consacré aux nouveaux langages du spectacle vivant (danse, théâtre, cirque, musique), Les Subsistances sont un lieu transdisciplinaire de travail, de création, d’expérimentation et de dialogue avec le public. Aux artistes, elles offrent un lieu, un temps de résidence. Au public, elles offrent un lieu culturel singulier et des temps de partage artistique.

La nouvelle création de Diego Ortiz, Vanishing Walks est une performance théâtrale interactive sans acteurs associée à une application pour tablettes. 


Sans acteurs donc, Vanishing Walks invite les spectateurs à devenir acteurs de son oeuvre en incarnant les personnages sur scène, avec l’aide de tablettes en guise de prompteur. Connectées en réseau sans fil à un serveur, qui symbolise “la machine” par la diffusion sonore et la projection vidéo en fond de scène, les tablettes coordonnent la conduite de la performance. Les spectateurs se connectent donc à un dispositif qui est aussi un élément de mise en scène à part entière et détermine les règles et contraintes du spectacle.

En résidence du 20 février au 1er mars 2017, Diego Ortiz et son équipe vont travailler à la mise en place d’un dispositif visant à casser « le quatrième mur » de la scène de théâtre en amenant le spectateur, non seulement, à l’investir, mais aussi à y vivre une expérience dont le déroulement est conditionné par ses propres actes, sous certaines contraintes.


Du point de vue de la narration, Vanishing Walks décrit les événements qui ont conduit un groupe d’individus à se défaire de leur enveloppe corporelle, au profit d’une existence purement virtuelle. Appartenant à la communauté “Furry”, le groupe s’est créé sur “Second Life” avant d’alterner leurs rencontres entre le réel et le virtuel. Séduits par la promesse d’une vie immortelle, ils ont trouvé un moyen de télécharger leur conscience sur un ordinateur. Mais cette nouvelle existence les réduit à une forme de vie informatique sans autonomie. Devenues exécutables par l’intermédiaire d’un programme, les « consciences » se sont transformées en lignes de script.


Vanishing Walks est une tragédie post-moderne. Un texte original dont le récit se situe dans un futur proche. On raconte ici l’histoire d’une génération pour qui la frontière entre l’individu et la machine n’existe plus. Vanishing Walks propose une réflexion sur notre rapport à une existence “augmentée”. Dans le contexte d’une l’idéologie transhumaniste qui prolifère, la condition humaine est remise en question et tout ce qui fait de l’humain un être ‘singulier’ et sensible est considéré comme une étape transitoire avant d’embrasser une forme d’immortalité virtuelle. Dans notre univers fictionnel, la promesse transhumaniste est palpable. L’ordinateur, le serveur, véritable coordinateur de l’expérience, donne aussi à voir et à entendre le monde cybernétique et rend tangible les interactions avec lui par l’intermédiaire des tablettes. C’est par ce vecteur que l’on symbolise la relation entre l’humain et la machine et que le spectateur active la narration. Mais au-delà de l’expérience individuelle, les spectateurs contribuent ensemble à l’émergence d’une communauté sur scène. Au gré de l’interprétation, leurs actions sur scène racontent une histoire au présent, celle d’un groupe qui participe à la création d’un spectacle.


Distribution : Diego Ortiz (scénariste et metteur en scène), Antoine Gonot (programmeur, ergonome et designer sonore), Claudine Bertomeu (scénographe). Vanishing Walks est une production de ZINC – Arts et cultures numériques (Marseille), en coproduction avec Flux (o), AADN – Arts et cultures numériques (Lyon) en collaboration avec les Subsistances (Accueil studio, Lyon, 2016/2017), Le Shadok (Strasbourg) – dans le cadre de la plateforme mutualisée de production – soutenu par l’Est, bourse transmédia Montbeliard – Belfort, avec le soutien du Hublot (Nice), et Oudéis (Le Vigan), la Friche la Belle de Mai (Marseille) et en partenariat avec le laboratoire PRISM. Vanishing Walks reçoit le soutien du CNC, dispositif Dicréam ainsi que celui du Font SCAN de la Région Auvergne – Rhône-Alpes Vanishing walks est un projet labellisé par l’Institut français pour l’Année France-Colombie 2017.


Pour plus d’information visitez le site internet dédié au projet Vanishing Walks.