Appel à manifestation d’intérêt – Participez à un labo de création d’installations artistiques en médiathèque

Exposition immersive et interactive à la nouvelle médiathèque de Rillieux-la-Pape

À l’occasion de l’inauguration de la nouvelle médiathèque de Rillieux-la-Pape, l’AADN est invitée à concevoir une exposition immersive et interactive propre à circuler dans les réseaux de lecture publique.

Types d’installations

  • 7 cabanes / 7 installations seront disséminées dans les murs de la médiathèque, comme autant de micro-mondes et d’utopies sensibles ou décalées pour éclairer simplement les préoccupations écologiques.
  • 4 d’entre elles seront créées in situ lors du Labo (marathon de créations collectives)

Vous avez envie de participer à l’aventure ?

Vous êtes :

  • Artistes et créateurs issus du monde du livre, de l’image, du son, du jeu vidéo, des arts numériques… mais aussi makers, codeurs, électroniciens, développeurs… au féminin comme au masculin ! Basé à Lyon ou ses environs…
  • Acteurs du territoire Rilliard : bibliothécaires ou médiathécaires, bricoleurs de talent, spécialistes du vivant, travailleurs impliqués dans les réseaux locaux solidaires ou associatifs à Rillieux-la-Pape.

Vous êtes disponible du 26 au 29 janv 2021 et du 24 au 27 mars 2021 ?

→ Découvrez l’intégralité de l’appel à manifestation d’intérêt

→ Remplissez notre formulaire avant le 8 novembre 2020

 

Pour en savoir plus sur l’exposition

H@bité(e)s – Une expérience artistique et immersive pour rêver la cité-nature

Avril – juin 2021

Après le tsunami du printemps 2020, on s‘est pris à rêver le monde de demain ; on s’est mis à cultiver nos jardins et on a découvert que nos écrans avant tout, faisaient liens.

En explorant les mondes virtuels ou en réalité augmentée, cette exposition ouvre les portes sur des mondes possibles. Elle imagine une cité où l’Homme partage son espace commun à places égales avec l’animal, le végétal ou même la machine dite “intelligente”. Cette cité renouvelle la notion de cohabitation. Elle engendre de nouvelles interactions, de nouveaux espaces, de nouveaux langages. Une terre où l‘on saurait dire l’adresse d’un nuage, ou interpréter le cri d’une fougère.

Eco-conçue et éco-consciente, l’exposition cherche à ouvrir les imaginaires à propos des rapports plus ou moins connectés que nous entretenons avec les vivants qui nous entourent.