Charlie Moine

Scénographe, technicien polyvalent, bricoleur hors pair, Charlie Moine est aussi performeur à ses heures et propose des dispositifs artistiques critiques et acerbes dans les réseaux de l’Art Contemporain. Collaborateur technique de longue date sur les interventions proposées In Situ par l’AADN (transformations d’espaces et scénographies multimédia), son terrain de jeu favori est cependant l’espace public. Il affiche de nombreuses collaborations dans le milieu des arts de la rue et assume depuis 2 ans la régie générale des spectacles des TROIS POINTS de Suspension.

 

François Moncarey (CeNC)

Concepteur/réalisateur multimédia depuis 10 ans, François Moncarey , plus connu sous le nom de Tarabass, considère la programmation informatique comme une forme d’art.
Formé à l’école de l’image des Gobelins, il fonde le CENC (Centre d’Expression Numérique et Corporel). Il travaille la vidéo générée par des algorithmes informatiques, qui lui permettent d’explorer les interactions avec le corps et la création d’installations et performances inédites telles que Disorder (performance danse et vidéo générative, avec Kevin Ramseier), 100 arêtes (performance pour mapping audio-réactif dessiné en temps réel) et IDFx (version bêta d’Hypermetrop) : dance-floor interactif pour projection monumentale.
  • HypermetropInstallation interactive mêlant mapping architectural et danse augmentée, Hypermetrop est un spectacle participatif où les corps en mouvements font danser les murs de la ville.
  • DISORDERDisorder, c’est la collision entre un danseur et un programmeur. Résultat : une performance croisant danse contemporaine et vidéo générative. A découvrir

 

One Life Remains

Collectif parisien formé de 5 personnes, One Life Remains se consacre au jeu vidéo. Développant des jeux vidéos collectifs parfois, étranges le plus souvent, expérimentaux et indépendants : toujours.
Le collectif développe des jeux vidéos et organise des événements également liés au milieu du video game.
  • Simon Bachelier

    Simon Bachelier est en quelque sorte « l’éclaireur » du collectif. Il s’assure de diffuser et de mettre en valeur le travail de One Life Remains en France et à l’étranger, tout en oeuvrant à sa structuration.
    Il a également la charge d’organiser les évènements menés par le collectif tel que des expositions, rencontres, game jams, etc.

  • André Berlemont

    André Berlemont est co-fondateur et directeur technique du collectif One Life Remains.
    En tant qu’artiste son travail vise à interroger les propriétés expressives des langages informatiques.
    Adepte des méthodes de prototypage rapide, il affectionne de travailler sous des contraintes techniques et temporelles fortes.

  • Franck Weber

    Franck Weber se définit comme Agitateur Sonore.
    Ayant conservé un pied dans la composition populaire ou expérimentale, sur des genres variés, il s’est principalement tourné vers le design sonore, travaillant également pour des films de marques, des publicités ou des artistes.

  • Kevin Lesur

    Programmeur provenant de l’industrie du jeu vidéo, Kevin Lesur s’est progressivement tourné vers la scène émergente du jeu indépendant.
    Il est actuellement en charge de la direction technique du projet, de la programmation logiciel, du scripting des comportements et du débogage.

  • Brice Roy

    Brice Roy se consacre à la conception de jeux vidéo indépendants et expérimentaux au sein du collectif One Life Remains qu’il a co-fondé en février 2010.
    Il est également professeur de game design, critique des cultures numériques et membre de l’OMNSH et à l’initiative du projet Générations.
    Il a en charge la direction artistique du projet et réalise l’ensemble des travaux liés au game design.

  • DiveDive est une œuvre numérique exploratoire et musicale, au support d’interaction multiple (installation / performance), entre le jeu vidéo et le spectacle vivant.

 

OPLA (collectif)

Collectif [OPLA] a vu le jour en 2005 à Lyon et s’est spécialisé dans la conception et la production de projets artistiques et culturels donnés à voir hors des lieux préétablis. Privilégiant le contact direct entre artistes, œuvres et publics, c’est naturellement que son activité s’est orientée vers l’espace public : lieu des rencontres, lieu des échanges, lieu des possibles. Mais aussi lieu de frictions, de contraintes et de défis. Depuis 2011, le Collectif s’est lancé dans la création d’œuvres artistiques avec le projet Magic Forest, qui a notamment été présenté lors de l’édition 2011 de la Fête des Lumières de Lyon, lors de l’édition 2012 du festival Rendez-vous chez nous (Ouagadougou- Burkina Faso) et lors de l’édition 2012 du Festival international des arts de la rue La rue Kitétonne à Montréal.
  • MAGIC FORESTLe Collectif OPLA vient partager son univers délirant et ses hordes de créatures magiques issues des forêts ancestrales et de l’imaginaire collectif avec Urban Spirit.

 

Diego Ortiz

Diego Ortiz est un artiste vidéaste franco-colombien né en 1980 à Cali (Colombie).
Il vit et travaille à Marseille.
Diplômé de l’Université de Provence en 2006, il a travaillé dans le secteur des arts et de l’audiovisuel en France et en Allemagne. A Berlin, il a travaillé comme monteur pour Oval Filmemacher pour des films tels que « Pianomania » ou « Das gluck aus der Dose »; Pour Ikono Tv il a monté des films d’art pour la foire d’art contemporain « Art Dubai » destinés à être diffusés sur différents formats (smartphone, TV).
En France, il a co-signé la direction artistique (avec Javiera Tejerina-Risso) du « Bauhaus Lab Marseille », une exposition transdisciplinaire pour fêter le 90 ème anniversaire de la naissance du Bauhaus. Il est artiste associé à Zinc pour développer des projets autour des nouveaux médias et mène au sein de Flux(o) un travail de recherche et création autour des pratiques art/science et art/entreprise.
Depuis 2013, il est artiste-chercheur au sein du DIIP/Dispositifs Interactifs et Performatifs-EnsadLab de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs à Paris.
  • Vanishing Walks – Résidences aux Subsistances
  • DiscrépancesDiego Ortiz créée une expérience onirique plus proche du cinéma d’auteur que de l’univers pixellisé du numérique. Une narration in situ, une nouvelle forme de cinéma participatif adapté aux technologies mobiles, une expérience de spect-acteur déambulatoire !

 

Thomas Pachoud

Formé à l’école d’ingénieur multimédia IMAC, promotion 2008, Thomas Pachoud est depuis longtemps intéressé par le lien entre les nouvelles technologies et leurs apports dans le domaine artistique.
Il découvre le spectacle vivant au cours de son stage de 2e année d’IMAC, pendant lequel il est amené à programmer un aibo pour Vous en rêvez (Youri, l’a fait) de la Cie Mabel Octobre.
Il travaille aujourd’hui principalement dans le domaine du spectacle (théâtre, danse et musique) utilisant les nouveaux outils apportés par le numérique, l’électronique, la robotique et la programmation, principalement autour de l’image et de son application en temps réel dans l’espace scénique et scénographique.
  • Matière en Résidence au Lab.LabAprès avoir accompagné Thomas Pachoud sur ses créations le Lumarium et Hyperlight… nous accueillons au Lab_Lab une étape de recherche sur la nouvelle création de la Cie IKARI : Matières.
  • LumariumLe Lumarium modèle la lumière comme une matière dans l’espace et dans le temps, nous proposant ainsi d’entrevoir un hyper-espace.
  • Hyperlight – LumariumInventant sa propre technologie de projection holographique, Hyperlight immerge le public au cœur d’une architecture immatérielle mouvante.
  • HyperlightInventant sa propre technologie de projection holographique, Thomas Pachoud immerge le public au cœur d’une architecture immatérielle mouvante.

 

Damien Pairon

Damien Pairon obtient un Master en « recherche picturales tridimensionnelles », avec distinction, à l’Académie des Beaux Arts de Tournai (Belgique). Artiste pluridisciplinaire, il pratique l’art vidéo, le VJ’ing, le street art, la sculpture audiovisuelle ainsi que la sérigraphie et la peinture. En 2010, il est lauréat du prix artistique de la Ville de Tournai. Il est membre fondateur et actuel directeur de l’atelier/galerie d’art « Le 38 Quai Notre-Dame » à Tournai. Il collabore avec le collectif BodyLotion sur le projet Bodyscape.
  • BodyscapeInspirée de la théorie de Descartes de « l’animal machine », la performance Bodyscape présente le corps tel une machine, un système mécanique.

 

Julien Pauthier

Julien Pauthier oriente ses recherches autour des notions d’espace et de perception sonore.
Après avoir étudié à la Villa Arson puis à l’École Supérieure d’Art de Mulhouse, il obtient un DNSEP et fonde le collectif ödl avec d’autres artistes, musiciens, et historiens.
Il travaille sur la modification de l’état de conscience de l’auditeur à partir d’une musique composée d’une texture sonore complexe, continue, à volume élevé.
Il cherche des situations qui créent une perte des repères: sensation de perte d’équilibre, hallucination auditive, rapport au temps et à l’espace altéré.
  • Time is everywhereUne installation qui souhaite dépasser la notion de temps réel pour simplement mettre en relation l’Homme et son environnement.

 

Mathilde Penet

Mathilde Penet est artiste, sa production se situe du coté des pratiques numériques et interroge le flux des données culturelles qui apparaissent, circulent et migrent via les outils informatiques.
Elle utilise Internet comme matière et outil de création pour réaliser différentes formes : œuvres en ligne, livres, films ou performances.

 

Arnaud Pottier

Arnaud Pottier est directeur artistique de la société BK Digital Art Company, société qu’il a cofondé avec E. Guiol et O. Bonhomme en 2012. Après une première année à l’école préparatoire des Beaux-Arts de Lyon et un passage à l’école Presqu’île dans la communication visuelle, il intègre l’école Emile Cohl où il poursuit une formation artistique classique avec l’étude du dessin, de la sculpture ou encore des animations traditionnelles et 3D. A côté de sa formation classique, Arnaud Pottier est autodidacte : curieux et « bidouilleur », il s’essaye très tôt à la programmation et notamment au vidéomapping dès sa genèse. Arnaud réalise aujourd’hui avec sa société du contenu visuel en lien avec les nouvelles technologies. BK a notamment réalisé l’installation présentée sur la place des Terreaux pour le 8 décembre lors de la Fête des Lumières de Lyon, une des vitrines mondiales du vidéomapping.
  • GolemGolem est un dispositif de sculptures augmentées. Rendues à la vie au travers du vidéo-mapping, elles nous révèlent leur inquiétude étrangeté.

 

HP Process

Depuis 2006, Hortense Gauthier & Philippe Boisnard forment HP Process, une entité qui développe des créations numériques intermédias.
Ils travaillent essentiellement sur des performances poétiques numériques, mais ils réalisent aussi des installations interactives, des créations vidéos et de poèmes visuels et sonores. Les logiques du temps réel, de l’interactivité et générativité sont au cœur de leur démarche
Ils définissent leur travail comme une « poésie numérique » à travers laquelle ils tentent d’interroger le rapport entre corps, espaces et technologies, et d’explorer les dimensions plastiques, visuelles, sonores, numériques et corporelles de l’écriture.
  • TranslationTranslation est une performance de live cinéma sur la vitesse et l’espace-temps, où sons et images sont produits en temps réel.

 

François Quévillon

François Quévillon vit et travaille à Montréal (Québec, Canada). Marqué par les notions d’instabilité et d’indétermination, son travail se situe entre l’installation et l’art numérique. Il explore les phénomènes complexes du monde et de la perception par la mise en œuvre de processus ­sensibles à l’interférence du public et aux conditions variables de l’environnement. Titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, il a été membre du groupe de recherche‑création Interstices de 2001 à 2008 et s’est joint à Perte de Signal en 2009. Ses réalisations ont été présentées dans le cadre de plusieurs expositions individuelles et collectives au Canada, ainsi que lors de festivals et d’événements en France, au Liban et au Brésil.