• Subs2
  • Subs
  • paul-bourdrel3
  • paul-bourdrel2

Là-Haut le Cloud, Ici le Soleil

Artistes & partenaires

  • Pierre Amoudruz

    Vidéaste, scénographe et touche-à-tout numérique, cet artiste s’approprie les médiums du son et de l’image au fil de ses recherches artistiques, qu’il préfère collaboratives ou participatives. Directeur Artistique de l’AADN depuis 2005, il a à cœur de défendre des projets engagés, questionnant les usages et l’impact des technologies au quotidien. Il initie, écrit et réalise plusieurs créations pour la scène (Reverrance 2011, Dématérialisé 2016) ou pour l’espace public (« Les Hommes Debouts » 2009, « Là-Haut le Cloud, Ici le Soleil » 2016 qui évolue en 2018 avec « Jusqu’ici tout va bien », « De Chair et d’O.S » 2017). Parallèlement, il assure la curation ou la direction artistique de créations pluridisciplinaires et in situ (Labo Mapping 2012, Blind Sceno 2011). Il dirige les projets du Labo des Usages de l’AADN (@home 2011-2013, Avatar’s Riot 2014-2015, Espèces d’Espaces Publics 2016-2017). Si la vidéo en temps réel est son medium de prédilection et l’urbanisme au cœur de sa formation, sa pratique est maillée d’apprentissages éclectiques et de coopérations artistiques qui l’amènent à s’approprier la programmation, l’électronique, le design d’objets dans une philosophie d’autodidacte.

     

  • David Guerra

    Multi-instrumentiste autodidacte et créateur de musique électronique, David Guerra se forme à la musique électroacoustique (CRR de Chalon-sur-Saône, avec Jean-Marc WEBER) et à la M.A.O (CFPM Villeurbanne) pour asseoir ses connaissances et s’ouvrir d’autres champs d’exploration. Sous le pseudonyme Svindrön, il révèle son génie de la musique électronique fortement influencé par les papes de l’electronica et de l’IDM. Sensible à l’art total, David Guerra collabore, en tant que compositeur, interprète et concepteur sonore, sur de nombreux projets artistiques où l’art sonore, la danse, l’art visuel, l’art plastique… vivent dans un temps unique. Reverrance – performance A/V, Noisy skeleton – installation immersive et interactive, Lumarium – installation lumineuse et sonore, Shapes of light – performance danse, laser et live electronic, Histriker – installation interactive. En 2016, il crée la performance A/V Dématérialisé avec Jeanne Brouaye et Pierre Amoudruz. Dans cette création il approfondit ses recherches sur la corrélation entre les dispositifs interactifs (caméras 3D ou capteurs de mouvements), et, le geste instrumental et l’interprétation musicale.

     

  • Charlie Moine

    Scénographe, technicien polyvalent, bricoleur hors pair, Charlie Moine est aussi performeur à ses heures et propose des dispositifs artistiques critiques et acerbes dans les réseaux de l’Art Contemporain. Collaborateur technique de longue date sur les interventions proposées In Situ par l’AADN (transformations d’espaces et scénographies multimédia), son terrain de jeu favori est cependant l’espace public. Il affiche de nombreuses collaborations dans le milieu des arts de la rue et assume depuis 2 ans la régie générale des spectacles des TROIS POINTS de Suspension.

     

  • Pablo Jakob

    Auteur & Dramaturge
    Pablo Jakob est né en 1990 à Delémont (Suisse). En 2014, il est diplomé de l’Institut littéraire Suisse, affilié à Haute-école des Arts de Berne. La même année, il est admis à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieurs des Arts et Techniques du Théâtre) à Lyon, filière écrivain-dramaturge. Lauréat de la bourse de la Fondation Anne et Robert Bloch, récompensant un jeune artiste, il est côté cinéma à l’affiche de Milky Way de Joseph Incardona et Cyril Bron. En 2016, il est dramaturge sur la création de Julie Bérès Quelque chose pourrit dans mon royaume. Sa pièce courte Retour faisant partie de l’ensemble Désaffectés, travail collaboratif de six auteurs, sera mis en scène par Catherine Hargreaves en avril 2017. Il est membre du collectif d’auteurs suisses Hétérotrophes, formé en 2014.
    • Pablo Jakob

      Auteur & Dramaturge
      Pablo Jakob est né en 1990 à Delémont (Suisse). En 2014, il est diplomé de l’Institut littéraire Suisse, affilié à Haute-école des Arts de Berne. La même année, il est admis à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieurs des Arts et Techniques du Théâtre) à Lyon, filière écrivain-dramaturge. Lauréat de la bourse de la Fondation Anne et Robert Bloch, récompensant un jeune artiste, il est côté cinéma à l’affiche de Milky Way de Joseph Incardona et Cyril Bron. En 2016, il est dramaturge sur la création de Julie Bérès Quelque chose pourrit dans mon royaume. Sa pièce courte Retour faisant partie de l’ensemble Désaffectés, travail collaboratif de six auteurs, sera mis en scène par Catherine Hargreaves en avril 2017. Il est membre du collectif d’auteurs suisses Hétérotrophes, formé en 2014.

     

  • Maud Charrel

    D’abord formée à la gymnastique avant de découvrir le théâtre et la danse africaine traditionnelle et afrocontemporaine avec Ibrahima Kienou, Sokhna Thiam et Winship Boyd Coly, elle obtient un Master Arts du Spectacle théâtre et danse en 2006 à l’Université Lumière Lyon 2. Elle travaille avec la Compagnie de L’Ombre Double en tant que metteur en scène et comédienne et se forme ensuite en danse contemporaine à Âtre avec Josiane Charriau, aux Ateliers Desmaé avec Kilina Crémona, et aux Nouveaux Ateliers de la Danse avec Blandine Martel-Basile et Laure Buathier. En 2007, elle co-crée le collectif Gueules d’Amour Production avec lequel elle mène encore aujourd’hui de nombreux projets artistiques. Elle danse dans Et pas temps de la Compagnie Chtinguelah en 2012, et dans Pendant ce temps là de la compagnie A Corps d’Elles en 2013 / 2014 et elle est aujourd’hui interprète au sein de la troupe de théâtre de l’opprimé L’Archipel. Elle rejoint l’AADN au sein de la création Là-Haut le Cloud, ici le Soleil en 2017.
    Son travail d’interprète et de composition chorégraphique se base sur l’engagement physique, l’expressivité et le lâcher-prise.
    • Là-Haut le Cloud, Ici le SoleilLà-haut le Cloud, ici le Soleil, est une intervention artistique en espace public, une joyeuse mystification scientifique, une fenêtre ouverte en pop-up dans le quotidien d’un lieu pour générer un courant d’air dans les représentations du numérique.

     

  • Mains d’Oeuvres

    Lieu pour l’imagination artistique et citoyenne, Mains d’Œuvres est né d’une envie fondatrice : celle de transmettre la création à tous, de rendre la capacité d’imaginer, de ressentir et de créer notre société ensemble.
  • Subsistances (Les)

    Laboratoire international de création artistique consacré aux nouveaux langages du spectacle vivant (danse, théâtre, cirque, musique), Les Subsistances sont un lieu transdisciplinaire de travail, de création, d’expérimentation et de dialogue avec le public. Aux artistes, elles offrent un lieu, un temps de résidence. Au public, elles offrent un lieu culturel singulier et des temps de partage artistique.
  • POLAU – Pôle des Arts Urbains

    Pôle de recherche et d’expérimentation sur les arts et la ville.

    Le pOlau, créé en 2007 sous l’impulsion du Ministère de la Culture, intervient de deux manières connexes :
    • En tant qu’incubateur ou producteur de projets artistiques liés à l’aménagement du territoire.
    • Au titre d’urbaniste spécialisé en stratégies culturelles auprès de commanditaires publics ou privés.

  • D.A.C de Villefranche

    Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Villefranche /s Saône.
    C’est aussi la coordination de la Médiathèque, du Conservatoire, et des Maisons de Quartier de Béligny et de Belleroche.
  • [SCAN] (Fonds) – DRAC & Région Auvergne Rhône-Alpes

    La Région Rhône-Alpes a engagé en octobre 2010 une vaste concertation avec l’ensemble des acteurs artistiques et culturels régionaux autour du numérique, posant la question des transformations des pratiques culturelles comme celle des enjeux économiques ou de politiques publiques.
    À l’issue de cette concertation, la Région a adopté en avril 2011 une nouvelle politique dans laquelle elle fixe s’engage à soutenir les arts numériques en créant notamment le Fonds de soutien à la création artistique numérique, ou fonds [SCAN]. Celui-ci est co-financé par la DRAC Rhône-Alpes.
    Ce fonds a pour objectif de soutenir des créations artistiques faisant intervenir des technologies numériques.
    • Là-Haut le Cloud, Ici le SoleilLà-haut le Cloud, ici le Soleil, est une intervention artistique en espace public, une joyeuse mystification scientifique, une fenêtre ouverte en pop-up dans le quotidien d’un lieu pour générer un courant d’air dans les représentations du numérique.
    • DématérialiséPerformance audiovisuelle mettant en scène deux corps, le musicien et le vidéaste, qui explorent un monde virtuel, celui «de l’autre côté de l’écran».
    • Matière en Résidence au Lab.LabAprès avoir accompagné Thomas Pachoud sur ses créations le Lumarium et Hyperlight… nous accueillons au Lab_Lab une étape de recherche sur la nouvelle création de la Cie IKARI : Matières.
    • LumariumLe Lumarium modèle la lumière comme une matière dans l’espace et dans le temps, nous proposant ainsi d’entrevoir un hyper-espace.
    • Dématérialisé - WorkshopWorkshop geste instrumental – Dématérialisé
  • Lab.Lab

    Studio de création et Fabrique d’expérimentation numérique, le Lab.Lab est un lieu mutualisé entre l’AADN et les studios BK et Théoriz qui se situe au Pôle Pixel, à Villeurbanne.
    Espace modulable et équipé spécialement pour les créations numériques, le Lab.Lab est un espace idéal pour accueillir les artistes lors d’une étape de création.
    le Lab.Lab est l’un des partenaires du dispositif VIDEOPHONIC.
    • Là-Haut le Cloud, Ici le SoleilLà-haut le Cloud, ici le Soleil, est une intervention artistique en espace public, une joyeuse mystification scientifique, une fenêtre ouverte en pop-up dans le quotidien d’un lieu pour générer un courant d’air dans les représentations du numérique.
    • #SOFTLOVE par Le Clair-Obscur
    • BelluaireBelluaire est une performance basée sur la technique du larsen, appliqué à l’image et au son.

Création sur le thème de la solitude du citadin hyper-connecté.

Là-Haut le Cloud, ici le Soleil est un récit onirique où s’entremêlent des mondes réels, rêvés et virtuels.
Poursuivant deux personnages à travers la ville, il trace les frontières et sonde la porosité entre ces espaces superposés que nous traversons au quotidien. Il explore ainsi notre rapport aux lieux, aux autres et aux souvenirs que l’on en fabrique à l’aune de nos vies hyperconnectées.

La déambulation s’approprie les outils du théâtre, du cinéma et du numérique pour déployer un langage propre à l’espace public, réactif, et situé. L’écriture est perméable au lieu où elle se déroule. Ce « in situ » occasionne une résidence éclaire où se tissent rencontres, partage et complicités.

A l’heure où les écrans se font les gardiens de nos mémoires et transforment notre capacité à «être avec», à co-exister, Là-Haut le Cloud, ici le Soleil est une invitation à déconnecter, à s’émerveiller ensemble, en parcourant une ville sensible, telle qu’on ne l’arpente plus.


/// De la SMART-CITY au SMART CITIZEN
C’est accepté ! Big-Brother nous surveille, Big-Mother nous pouponne et Big-Tata prédit nos choix, de nos futurs achats jusqu’à nos prochains émois… Nous avons fini par troquer un peu de liberté contre cette réconfortante sécurité connectée, au point de vivre dans des villes où l’on ne sera plus jamais seul (Tinder ?), perdu (GPS ?), ni même oublié (Facebook ?) !
Alors d’où vient ce mal-être, ce sentiment simultané de trop-plein et de vide, cette solitude du citadin hyper-connecté ? Plus qu’un manifeste techno-critique, c’est bien le sentiment, et donc le sensible, qu’il s’agit d’interroger avec Là-Haut le Cloud, ici le Soleil : explorer à travers nos personnages comment s’incarne au quotidien et se noue au ventre le jeu de l’hyper-représentation de nos identités, de notre mémoire stockée, hors-corps, sans anonymat ni droit à l’oubli.


/// GENESE et EXPERIMENTATIONS PREALABLES

Une version pilote a été proposée à travers une déambulation « dédiée » sur le quartier des Brosses à Villeurbanne, en octobre 2015 avec le Soutien du Fond d’Expérimentation pour la Jeunesse. Cette expérimentation a été récompensée par le Trophée EDF.

Vidéo de la première phase d’expérimentation, Avatar’s Riot – Octobre 2015


Format prévisionnel

Phase d’infusion, résidence participative : 6 jours
Phase de représentation / déambulation : 60 minutes environ – extérieur – de nuit
Restitution en ligne : permanent pour chaque territoire via un site internet dédié


Crédits photos dans l’ordre d’apparition : AADN (x2) et Paul Bourdrel (x2).