Le Phare

Artistes & partenaires

  • Pierre Amoudruz

    Vidéaste, scénographe et touche-à-tout numérique, cet artiste s’approprie les médiums du son et de l’image au fil de ses recherches artistiques, qu’il préfère collaboratives ou participatives. Directeur Artistique de l’AADN depuis 2005, il a à cœur de défendre des projets engagés, questionnant les usages et l’impact des technologies au quotidien. Il initie, écrit et réalise plusieurs créations pour la scène (Reverrance 2011, Dématérialisé 2016) ou pour l’espace public (« Les Hommes Debouts » 2009, « Là-Haut le Cloud, Ici le Soleil » 2016 qui évolue en 2018 avec « Jusqu’ici tout va bien », « De Chair et d’O.S » 2017). Parallèlement, il assure la curation ou la direction artistique de créations pluridisciplinaires et in situ (Labo Mapping 2012, Blind Sceno 2011). Il dirige les projets du Labo des Usages de l’AADN (@home 2011-2013, Avatar’s Riot 2014-2015, Espèces d’Espaces Publics 2016-2017). Si la vidéo en temps réel est son medium de prédilection et l’urbanisme au cœur de sa formation, sa pratique est maillée d’apprentissages éclectiques et de coopérations artistiques qui l’amènent à s’approprier la programmation, l’électronique, le design d’objets dans une philosophie d’autodidacte.

     

  • David Guerra

    Multi-instrumentiste autodidacte et créateur de musique électronique, David Guerra se forme à la musique électroacoustique (CRR de Chalon-sur-Saône, avec Jean-Marc WEBER) et à la M.A.O (CFPM Villeurbanne) pour asseoir ses connaissances et s’ouvrir d’autres champs d’exploration. Sous le pseudonyme Svindrön, il révèle son génie de la musique électronique fortement influencé par les papes de l’electronica et de l’IDM. Sensible à l’art total, David Guerra collabore, en tant que compositeur, interprète et concepteur sonore, sur de nombreux projets artistiques où l’art sonore, la danse, l’art visuel, l’art plastique… vivent dans un temps unique. Reverrance – performance A/V, Noisy skeleton – installation immersive et interactive, Lumarium – installation lumineuse et sonore, Shapes of light – performance danse, laser et live electronic, Histriker – installation interactive. En 2016, il crée la performance A/V Dématérialisé avec Jeanne Brouaye et Pierre Amoudruz. Dans cette création il approfondit ses recherches sur la corrélation entre les dispositifs interactifs (caméras 3D ou capteurs de mouvements), et, le geste instrumental et l’interprétation musicale.

     

  • Victor Roux

    Victor Roux est un musicien multi instrumentiste, plasticien spécialisé dans la composition et la création sonore.
    Il est compositeur et arrangeur de profession et accompagne plusieurs artistes pop sur scène.
    Issue d’une formation en composition électroacoustique et musique amplifiées. Il a à son actif plusieurs installations audio visuel interactive.
    Il a travaillé avec différent artistes de tout bords sur de nombreuse créations aussi bien en tant que musicien ,que plasticien ou encore metteur en scène.
    • Le PhareDécouvrez le Phare, la nouvelle œuvre en création de l’équipe artistique des Hommes Debout.
    • Les Hommes DeboutDerrière l’exposition de 16 figurines à taille humaine, Les Hommes Debout hèlent les promeneurs et les invitent au dialogue. Jeu de flash en écho… les statues s’animent de manière imprévisible.
    • Vous reprendrez bien un peu de dessert?L’AADN met les petits plats dans les grands et vous invite dans sa cuisine avec « Vous reprendrez bien un peu de dessert », une performance audio-visuelle pour tous les apétits !

     

Une œuvre sensible et écologique pour l’espace publique

Le phare est une installation interactive qui met l’océan dans la ville et donne les commandes à nos enfants. A l’entrée d’une place publique, un phare lumineux est dressé comme un appel à scruter l’horizon qui s’offre à nous. Il projette des portraits sur les façades alentours, autant de figures intimes pour évoquer de brumes en tempêtes les liens sacrés entre l’Homme et la Nature. 

Alors que sur les façades : l’eau monte !

 

Ensemble, rêver – ou cauchemarder – le monde qui vient

Sur fond de préoccupation écologique, le projet file la métaphore aquatique pour mieux conter le changement qui vient dans le monde des Hommes. Il révèle une collection de paroles où s’entrechoquent des visions de «nos futurs », à chaud et à fleur de peau. L’installation prend pour figure symbolique le phare : objet propice à porter son regard au loin, tandis que des portraits géants balayent les façades alentours.

L’installation est participative et interactive. 

Réalisée grâce à l’implication pendant la création – puis à chaque représentation – de personnes rencontrées localement. Ces figures nous observent, nous interpellent et nous content les liens et les récits qu’ils ont su tisser face à cette montée des eaux, celle qu’on attend inexorablement… celle qui fondera le socle nouveau des sociétés de demain.

Celles de nos enfants.

À ces derniers, nous confions les commandes. Lors des représentations, ce sont les plus petits que nous invitons à venir jouer les gardiens de nos futurs. Ils donnent le cap en faisant les choix à travers la narration.

 

Ecologique et éco-conscient.

Dans le fond comme dans la forme, les préoccupations écologiques irriguent l’ensemble du projet et influencent autant les choix artistique que le design technique, les matériaux et les modes de fabrication.

La transition commence dès maintenant, dans nos propres processus de création, n’est-ce pas ?

 

Un création en cours.

Imaginé en Corse à Bonifacio en Juillet 2019, ce projet est un des enfants du confinement : habité par la nécessité absolue d’agir artistiquement. Il est aussi librement inspiré de l’auteur lyonnais Alain Damasio et sa nouvelle “So PhareAway” ( – où des humains isolés communiquent par éclairs et raies au milieu d’une nappe de lumière saturée – ). 

L’équipe artistique démarre ses premières recherches en Novembre 2020 au Chateau de Goutelas et au LabLab à Villeurbanne en décembre.

Une demi-douzaine de résidences permettent de travailler autant sur les collectes de témoignages, l’écriture musicale et vidéo-documentaire, que le design d’interaction et les principes de narration non-linéraire.

L’objet en lui-même sera dessiné et construit à Lyon au printemps 2021, en complicité avec Komplex-Kapharnaüm, en vue d’une première présentation en Juillet 2021 à Bonifacio lors du Festival FestiLumi : retour aux sources.