Les Furtifs

Artistes & partenaires

  • Frédéric Deslias

    Né en 1978, Frédéric Deslias suit des études en électronique puis intègre l’université de Caen en Arts du Spectacle où il fonde la compagnie Le Clair Obscur qu’il dirige depuis 2002. C’est là qu’il rencontre un groupe d’activistes (David Bobée, Antonin Ménard, Médéric Legros, Thomas Ferrand…) avec qui il forgera son goût pour les arts vivants. Repéré puis formé au Théâtre Ecole du CDN de Normandie, il rencontre Eric Lacascade, Thomas Richards, Armel Roussel, Dario Manfredini, Serge Tranvouez, Arnaud Churin… puis suit le Workcenter de Jerzy Grotowski à Pontedera (Italie) autour du programme Tracing Road Across.

    Musicien, compositeur et sounddesigner pour le théâtre, la danse et le cinéma : il collabore depuis une dizaine d’année avec David Bobée sur la plupart de ses créations, Eric Lacascade (Les Barbares – Festival d’Avignon / Cour d’honneur en 2006), Héla Fatoumi/Eric Lamoureux, Radhouanne El Medeb, etc. comptons une trentaine de créations.

    Frédéric se concentre maintenant à ses activités propres de mise en scène, d’artiste multimédia et de plasticien. Formé à l’IRCAM sous MAX/MSP, Processing, puis AfterEffect, son travail s’oriente en complément vers l’image, les arts numériques, l’installation, le multimédia, l’interactivité et la musicothérapie.

    Le Clair Obscur est reconnu et diffusé sur un plan national et international.
    Primé pour HERMSELF (Festival Les Bains Numériques – Grand Prix de la Création 2011)
    et pour Sleeping Beauty (Arts and Mobility Awards – Transcultures (BE) 2013).

     

  • Thomas Pachoud

    Formé à l’école d’ingénieur multimédia IMAC, promotion 2008, Thomas Pachoud est depuis longtemps intéressé par le lien entre les nouvelles technologies et leurs apports dans le domaine artistique.
    Il découvre le spectacle vivant au cours de son stage de 2e année d’IMAC, pendant lequel il est amené à programmer un aibo pour Vous en rêvez (Youri, l’a fait) de la Cie Mabel Octobre.
    Il travaille aujourd’hui principalement dans le domaine du spectacle (théâtre, danse et musique) utilisant les nouveaux outils apportés par le numérique, l’électronique, la robotique et la programmation, principalement autour de l’image et de son application en temps réel dans l’espace scénique et scénographique.
    • Les Furtifs
    • Matière en Résidence au Lab.LabAprès avoir accompagné Thomas Pachoud sur ses créations le Lumarium et Hyperlight… nous accueillons au Lab_Lab une étape de recherche sur la nouvelle création de la Cie IKARI : Matières.
    • LumariumLe Lumarium modèle la lumière comme une matière dans l’espace et dans le temps, nous proposant ainsi d’entrevoir un hyper-espace.
    • Hyperlight – LumariumInventant sa propre technologie de projection holographique, Hyperlight immerge le public au cœur d’une architecture immatérielle mouvante.
    • HyperlightInventant sa propre technologie de projection holographique, Thomas Pachoud immerge le public au cœur d’une architecture immatérielle mouvante.

     

  • Jana Klein

    Jana Klein est comédienne et dramaturge.
    Après une scolarité et des études universitaires en Allemagne, elle y fait ses débuts comme assistante à la mise en scène et apprentie comédienne puis se forme à Paris chez Véronique Nordey, ainsi qu’en chant au Roy Hart Theatre et en stage auprès de Haïm Isaacs, Jean-Michel Rabeux, Frédéric Mauvignier, Patricia Sterlin, Jordan Beswick…
    Elle joue par la suite dans de nombreuses créations collectives et performances en France, Allemagne et l’Europe de L’Est. Elle travaille notamment sous la direction de Vincent Ecrepont, Frédéric Mauvignier, Perrine Mornay, Patrick Verschueren, Camille Davin, Jean-Marc Musial.
    Parallèlement, elle co-fonde le groupe de rock General Bye Bye dont elle sera auteure-interprète pendant quatre ans, en tournée en France et à l’étranger.
    Depuis 2013, elle développe une série de performances solo, notamment sous la direction de Noémie Fargier et en collaboration avec un groupe de plasticiens pragois.
    Comme dramaturge, elle travaille régulièrement avec le chorégraphe Philippe Ménard, (prochainement sur « Eldorado(s) », performance interactive dont elle sera également interprète) ainsi qu’avec les metteurs en scène Stéphane Schoukroun et Fanny Gayard.
    Dans des courts-métrages et en performance vidéo, elle a tourné avec Michel Lascault, Mikaël Rabetrano, Patrice Guillain, pour la Femis et l’école Louis Lumière.
    En 2015 et 2016, elle tient les rôles principaux des long- métrages « Voyages » de la réalisatrice allemande Johanna Pauline Maier et de « Once upon a time in Europe » du réalisateur macédonien Jani Bojadzi avec laquelle elle tournera de nouveau en 2017.

     

  • Shadok

    Aux professionnels, bricoleurs et créatifs souhaitant développer ou mettre en avant leurs projets et dont les pratiques questionnent les usages des nouvelles technologies. La révolution numérique favorise les innovations venant des usagers. Le Shadok met en avant ces dynamiques en proposant des outils et un réseau de compétences permettant le développement des projets.
    Au grand public, sceptiques comme convaincus. Le Shadok proposera une programmation éclectique et dense (animations, concerts, rencontres, expositions…) s’adressant aussi bien à des connaisseurs qu’aux néophytes, mêlant nouvelles technologies et objets plus classiques dans un esprit de convivialité et de pédagogie.

    Dès 2014, la saison hors-les-murs traduira la dynamique du lieu.
    En 2015, un éventail de formats élargi sera développé tout au long de l’année.

    • Les Furtifs
    • Vie sexuelle des corps célestesLa vie sexuelle des corps célestesRisquez vous à satisfaire les désirs d’un puzzle-game et abordez la sexualité comme une énigme à résoudre.
    • Über Beast MachineComment donner vie à une créature étrange et inquiétante qui associe les arts de la marionnette, la robotique et la botanique ?
    • Machines à rienMachines à rien s’articule autour de la création de tableaux sonores et visuels tels des mobiles suspendus, accrochés au mur ou posés au sol.
  • Région Basse Normandie

    La Basse-Normandie est une ancienne région administrative française, qui regroupait les trois départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne. Elle correspondait à la partie occidentale de l’ancienne province historique de Normandie et d’une partie du Perche. La notion de Basse-Normandie était déjà une réalité au XVIe siècle, voire dès le XIVe siècle, sans couvrir précisément le même territoire.

    Dans le cadre de la réforme territoriale de 2014, la Basse-Normandie a fusionné avec la Haute-Normandie le 1er janvier 2016, pour former la région Normandie.

    • Les Furtifs
    • #Softlove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.
  • DRAC

    La Direction Régionale des Affaires Culturelles est l’organe représentant du Ministère de la Culture dans chaque région, devenue service déconcentré de l’Etat en 1992.
    En Rhône-Alpes, la DRAC est située au Grenier d’Abondance depuis 1993. Elle soutient l’AADN dans le cadre du dispositif VIDEOPHONIC.
  • Ville de CAEN

    Caen est une commune française du nord-ouest de la France en Normandie. Préfecture du département du Calvados, elle était jusqu’au 31 décembre 2015 le chef-lieu de l’ancienne région Basse-Normandie. Depuis 2016, elle est le siège du conseil régional de Normandie tandis que Rouen est le siège de la préfecture de région.
    • Les Furtifs
    • #Softlove#Softlove relate 24h de la vie d’une femme à travers le regard avisé et éperdu de son assistant numérique.
  • [SCAN] (Fonds) – DRAC & Région Auvergne Rhône-Alpes

    La Région Rhône-Alpes a engagé en octobre 2010 une vaste concertation avec l’ensemble des acteurs artistiques et culturels régionaux autour du numérique, posant la question des transformations des pratiques culturelles comme celle des enjeux économiques ou de politiques publiques.
    À l’issue de cette concertation, la Région a adopté en avril 2011 une nouvelle politique dans laquelle elle fixe s’engage à soutenir les arts numériques en créant notamment le Fonds de soutien à la création artistique numérique, ou fonds [SCAN]. Celui-ci est co-financé par la DRAC Rhône-Alpes.
    Ce fonds a pour objectif de soutenir des créations artistiques faisant intervenir des technologies numériques.
    • FIELDS
    • Les Furtifs
    • Là-Haut le Cloud, Ici le SoleilLà-haut le Cloud, ici le Soleil, est une intervention artistique en espace public, une joyeuse mystification scientifique, une fenêtre ouverte en pop-up dans le quotidien d’un lieu pour générer un courant d’air dans les représentations du numérique.
    • DématérialiséPerformance audiovisuelle mettant en scène deux corps, le musicien et le vidéaste, qui explorent un monde virtuel, celui «de l’autre côté de l’écran».
    • Matière en Résidence au Lab.LabAprès avoir accompagné Thomas Pachoud sur ses créations le Lumarium et Hyperlight… nous accueillons au Lab_Lab une étape de recherche sur la nouvelle création de la Cie IKARI : Matières.

Après #Softlove d’Eric Sadin, Le Clair Obscur poursuit son ascension autour de son Laboratoire Dystopique avec Les Furtifs d’Alain Damasio.

2040, Orange. L’humain, soumis aux technologies, est en proie à la dévitalisation. Un père, à la recherche de sa fille disparue, se heurte aux créatures chimériques des Furtifs dont la technologie aurait enfin su capter la présence ; sont-elles des mutations ? des devenirs ? ou bien des êtres parallèles ? Pour les comprendre, le chasseur devra emprunter la peau des proies qu’il traque.

Le Furtif vit hors du regard et dès lors le théâtre, qui traditionnellement expose, s’attèle ici à montrer ce qui est caché. Augmenté de conception 3D qui suggère, Le Clair Obscur met en lumière cet interstice où l’humain est mis face au vide d’une vie numérisée.

LA CRÉATION NUMÉRIQUE POUR UN THÉÂTRE DES HUMANITÉS

L’univers futuriste des Furtifs amène au déploiement de tout un arsenal technologique. Au programme : 3D temps réel, régie de corrélation, interaction son / lumière / vidéo, lasers, automatismes, capteurs biométriques, télésurveillance… Mais aussi un essaim de drones, une spiderbot, un automate, un tchatbot…

Face à ce tout technologique, le plateau se débarrassera progressivement des instruments de techno-contrôle pour laisser une place au vivant et aux corps, offrant aux spectateurs le pouvoir de se révéler furtifs à leur tour.

Le projet humaniste de Damasio ne pouvant passer que par l’humain, le lien et la communauté, quatre comédiens seront présents avec énergie sur scène pour prendre en charge les différents protagonistes de l’oeuvre.

EXTRAIT

Le XXIe siècle se sera ouvert sur le réchauffement climatique, la sixième extinction des espèces, l’épuisement tranquille et écœurant des ressources fossiles. Il aura été celui de l’anthropocène, et des écocides. Il bascule sur l’émergence d’une espèce que la science n’avait jusqu’ici pas été capable de déceler.

Mais ce qui frappe, plus encore que les réflexes habituels de sanctuarisation de la nature, c’est que notre relation au vivant est en train de changer, grâce aux furtifs. Pour beaucoup de jeunes adultes, la question n’est plus : « Comment sauvegarder la nature ? » mais « Comment cohabiter avec les furtifs ? Comment s’hybrider avec eux ? »

Et mieux : « Comment rendre furtives nos existences ? » Ce qui va exiger de nouvelles pratiques d’ouverture, de composition et d’écoute qui, à ce jour, doivent être envisagées.

Aujourd’hui, une alternative est née. Elle n’est pas technologique : elle est organique. Elle est issue directement du vivant.  Une fois n’est pas coutume et nous pouvons l’affirmer sans ironie : « Nous vivons une époque formidable »

L’AUTEUR – ALAIN DAMASIO

En 1991, il quitte ses études et choisit de s’isoler pour s’adonner à l’écriture. Il associe au domaine de l’anticipation politique des éléments de science-fiction ou de fantaisie et décrit des dystopies politiques.

Son premier texte long vendu à plus de 50 000 exemplaires est La Zone du dehors, roman d’anticipation qui s’intéresse aux sociétés de contrôle sous le modèle démocratique « dans lesquelles les citoyens se contrôlent mutuellement ».

Son second livre est récompensé par le grand prix de l’Imaginaire 2006 dans la catégorie roman. Proche « des épopées philosophiques aux accents révolutionnaires, des univers poétiques balayés par les vents », La Horde du Contrevent, véritable succès public, est régulièrement cité dans les « incontournables » de la science-fiction française.

En 2009, il écrit La Rage du sage, essai politique et poétique sur notre époque, pour le single gratuit Memento mori du groupe Sliver.

Alain Damasio scénarise également Windwalkers, un film d’animation tiré de La Horde du Contrevent, avec Jan Kounen à la réalisation et Marc Caro à la direction artistique.

Il a travaillé de nombreuses années sur son dernier roman, Les Furtifs, «description d’une société de contrôle horizontal, où tout le monde contrôle tout le monde via les réseaux sociaux ».

Crédit visuel : Mickail Sedov